C’était une femme qui vivait
Simplement
Avec son visage de tous les jours
Scintillant et agréable
Aux coeurs purement doux
Lui, il l’a tenait et la berçait
Croyante, bonne ou mauvaise
Il voyait ses pleurs, ses bourgeons
Ces deux équilibres formèrent une ligne contour

Noire et florale, elle appris a vivre avec elle-même
Ensuite, elle s’accoupla
Ensemble, ils arrêtèrent de respirer, de penser
Début de la vie, art total
Brusquement
Il partie au galop
Au revoir
Chanceuse, elle se connaissait
Elle était seule

La mort est un  mystère et l’incinération est un secret.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *